Sophrologie Titre RNCP
Hypnose Ericksonienne
Energétique / EFT / RITMO proche EMDR
Formation en entreprises Saint Cyr l'Ecole (secteur Versailles)
SIRET 493 742 050 000 21
Sophrologie Titre RNCP
Hypnose Ericksonienne
Energétique / EFT / RITMO proche EMDR
Formation en entreprises Saint Cyr l'Ecole (secteur Versailles)
SIRET 493 742 050 000 21

RITMO® (proche EMDR) : Retraitement de l'Information Traumatique par les Mouvements Oculaires

La gestion des traumatismes par le RITMO® (proche EMDR) :
Retraitement de l'Information Traumatique par les Mouvements Oculaires

J'ai été formée par LILI RUGIERI à une technique qui combine l'hypnose et l'EMDR. Pour l'hypnose je vous laisse jeter un oeil sur la page dédiée à cela.

Francine Shapiro, dans les années 80, qui est une psychologue américaine, découvre de manière fortuite, ce qui va devenir une des dernières révolutions thérapeutiques : l'EMDR (Eye Movement Desensibilization and Retreatment).

Sa méthode sera utilisée avec succès sur les grands traumatisés de la guerre du Vietnam. Elle sera ensuite importée en France par David Servan-Schreiber.

Le traitement adaptatif de l'information

Durant notre vie, nous pouvons être amené à vivre des évènements de nature différente. Face à cela, notre cerveau utilise le traitement adaptatif de l’information (TAI), c’est à dire, que votre cerveau va intégrer durant la nuit les évènements survenus dans la journée. C’est un processus naturel, inconscient et automatique qui permet en quelque sorte de digérer les évènements de la vie.

Le TAI opère la nuit pendant le sommeil paradoxal, nos yeux font des mouvements naturels et rapides ce qui permet de traiter l’information. L’événement est ainsi traité.

Deux structures cérébrales sont impliquées dans ce travail : le cortex préfrontal qui traite et intègre les évènements et l’amygdale qui gère les émotions. Un lien doit s’établir entre ces deux structures cérébrales pour digérer un événement. Si ce travail ne s’effectue pas, l’amygdale reste bloquée et les informations bloquées à cet endroit.

Sur un événement dit traumatisant, le TAI agit alors comme un processus naturel d’auto guérison du mental.

Quand les évènements du passé n’ont pas été de manière naturelle digérés, ils sont alors stockés dans un réseau mémoriel.

C’est ce stockage qui va alors générer différents troubles.

Définition du traumatisme

Le traumatisme psychiquepsychotraumatisme, ou traumatisme psychologique, est l'ensemble des mécanismes de sauvegarde d'ordre psychologiqueneurobiologique et physiologique qui peuvent se mettre en place à la suite d'un ou de plusieurs évènements générant une charge émotionnelle non contrôlée et dépassant les ressources du sujet (défaut d'intégration corticale). Il s'exprime très souvent par un trouble de stress post-traumatique mais également par des troubles de l'humeurtroubles de la personnalité, troubles alimentaires, troubles anxieux généralisés, symptômes dissociatifs, troubles psychotiques aigus, maladies liées aux stress , etc.

Les causes possibles du traumatisme sont diverses : perte d'un être proche, viol ou autre abus sexuelaccident avec parfois blessure associée, harcèlement moralviolence conjugaleendoctrinement, victime de l'alcoolisme, menace ou témoin d'un événement traumatisant, particulièrement durant l'enfance, traumatismes précoces, troubles de l'attachement. Des événements tels que les catastrophes naturelles (séismes et éruptions volcaniques), les guerres ou autres violences aggravantes peuvent également contribuer à un traumatisme psychique. Une exposition à long terme à des situations telles que la pauvreté ou autres formes d'agression, comme les agressions verbales peuvent être traumatisantes.

(source wikipédia)

 

On pourra dire qu’une personne présente un traumatisme quand bien après l’événement, celle-ci présente des angoisses, de l’hyper vigilance, des difficultés de concentration, un sommeil perturbé, des réminiscences, qu’elle vit son quotidien avec des cauchemars, des flashs, des images de l’évènement qui reviennent sans cesse, qu’elle évite des situations ou des activités qui lui rappellent l’événement, qu’elle a de la difficulté à gérer ses émotions.

 Quand des circonstances de vie nouvelles ressemblent à l’événement traumatique vécu, le réseau mémoriel se réveille.

La technique RITMO (proche EMDR)

La technique RITMO® qui est proche de l'EMDR, s’effectue à base de stimulations visuelles (comme les mouvements naturels faits durant la nuit pendant le TAI), auditives ou corporelles (tapotements sur les mains, les genoux...) de gauche à droite, pendant que le sujet se replonge dans son souvenir de manière contrôlée et supervisée par l’accompagnateur.
Ce processus permet d'activer les zones du cerveau impliquées pour "digérer" l'évènement traumatisant en le séparant de l'émotion ressentie. La perception du vécu de l’événement traumatisant change, ainsi l'évènement est enfin intégré puis il peut être dépassé.
 

Généralement utilisé pour un traumatisme unique : accident, agression, deuil..., RITMO® proche de l'EMDR donne également des résultats sur les blocages émotionnels, les comportements compulsifs, les peurs, le manque de confiance en soi... Il est également possible d'utiliser cette technique afin d'améliorer ses compétences sportives, créatives et intellectuelles.

 

RITMO® est un outil de thérapie brève. Une à quelques séances s'avèrent suffisantes dans la majorité des cas. Cette technique peut être incluse dans un accompagnement en hypnose.


Je vous reçois à Saint Cyr l'école en cabinet ou à distance.

Technique qui peut selon les situations être proposée à des bébés, des jeunes enfants, les adolescents et les adultes.

 

Je vous propose un accompagnement holistique c’est à dire un accompagnement englobant les différents aspects de votre être : la sphère corporelle, la sphère mentale, la sphère émotionnelle, la sphère spirituelle (uniquement si vous avez une ouverture sur ce domaine, car je m’adapte à vous, votre personnalité et vos croyances).

Je vous accompagne à atteindre vos objectifs en utilisant différentes approches et divers outils. Je chemine avec vous sur votre chemin de développement personnel et de mieux être.

 

Lors du premier rendez vous téléphonique je prends toujours le temps de vous écouter, d’approfondir votre demande et de répondre à toutes vos questions. C’est pourquoi nous convenons d’un rendez-vous téléphonique gratuit (15 à 30 minutes). Entre chaque séance, j’accompagne votre progression vers vos objectifs car à un suivi par SMS. Je reste disponible entre les séances, si besoin.

 

Je poursuis cette démarche de développement personnel moi même de manière régulière et je vous propose des techniques que j’ai moi-même testé et que je pratique encore aujourd’hui pour maintenir mon équilibre (ex : l’énergétique)

Dans quelles situations le RITMO (proche EMDR) peut vous être proposé :

"L’EMDR est efficace sur tous les troubles liés à un traumatisme psychologique. En dehors des situations où des facteurs génétiques ou organiques sont prépondérants, nos souffrances psychologiques ont deux causes essentielles : notre histoire précoce, avec les blessures ou traumas d’attachement qui peuvent marquer notre façon d’être au monde (par exemple, un enfant négligé ou maltraité pourra à l’âge adulte continuer à se sentir coupable, mauvais ou sans valeur, souffrir de dépression et répéter des situations d’échecs affectifs ou professionnels) ; et les traumas que nous avons pu vivre ensuite. L’EMDR peut ainsi vous aider pour un syndrome de stress post-traumatique typique, mais aussi pour des troubles anxieux (cauchemars, phobies, attaques de panique, certains troubles obsessionnels) ; pour des deuils compliqués, certaines dépressions liées à des expériences de pertes non digérées ; pour certaines douleurs chroniques (par exemple douleurs génitales ou anesthésie suite à des abus sexuels, ou douleurs d’un membre fantôme après amputation) ; et enfin pour des stress post-traumatiques complexes (voir ici), avec des symptômes multiples (personnalité limite, troubles du comportement, impulsivité, boulimie, addictions, difficultés à contrôler ses émotions, problèmes relationnels récurrents, etc.)."

 

L’EMDR renforce les ressources du patient et réorganise les traces des traumas dans son cerveau pour qu’elles n’entraînent plus de symptômes perturbants. Ce modèle est beaucoup plus pertinent et permet d’accélérer le traitement.

 

Contamin, Emmanuel (2017-02-14T22:58:59). Guérir de son passé (OJ.SCIENCES) Odile Jacob. Édition 

Pour aller plus loin . . . Pourquoi souffre t on ?

"À la vérité, tout le monde souffre à un moment ou un autre. Sans cesse, des situations nous affectent. Mais si nous continuons de ressentir de la douleur longtemps après l’expérience elle-même, c’est parce que le « câblage » de notre cerveau influence notre esprit. 

Chacun, selon les moments, est en colère, triste, jaloux, amer, blessé, inquiet, heureux ou doux. Et nous agissons suivant ce que nous ressentons. Un jour, on chérit la personne avec qui on vit et on la couvre de baisers. Le lendemain, on peut se mettre en colère contre elle et lui crier des horreurs. Donc, en pratique, une partie de ce qu’on a appris en grandissant est vraie, mais (comme pour toutes les expériences de l’enfance) d’autres choses ne le sont pas. Souvent, étant enfant, on ne peut pas faire la différence ; et ce nous semble vrai – comme de se croire inférieur parce qu’on est brimé ou rejeté, ou de se penser responsable du divorce de ses parents – n’est en réalité qu’une perception erronée. Néanmoins, ces expériences ont des effets qui refont surface automatiquement tout au long de nos vies, en dehors de notre contrôle conscient. Chaque expérience de notre vie devient au fil du temps un élément de construction de notre monde intérieur, qui va commander nos réactions à tous les événements et à toutes les

rencontres. Lorsqu’on apprend quelque chose, l’expérience est physiquement stockée au sein de réseaux de cellules cérébrales, les neurones. Ces réseaux forment en fait notre esprit inconscient, ils déterminent la façon dont le cerveau interprète le monde environnant et ils gouvernent la façon dont on se sent, à chaque instant. Ces souvenirs concernent des événements qui ont eu lieu il y a des années et, souvent, notre esprit conscient ignore qu’ils ont encore le moindre impact sur nous. Mais comme les souvenirs sont physiquement stockés dans le cerveau, ils peuvent surgir en dehors de notre contrôle. 

Ils peuvent nous donner le sentiment de ne pas être attirant alors que c’est faux, ou d’être déprimé alors que tout le monde alentour est heureux. Et ils peuvent nous laisser la mort dans l’âme si quelqu’un nous quitte – même si nous savons consciemment que cette personne était détestable avec nous et que poursuivre la relation aurait été une grosse erreur. En fait, beaucoup des sentiments et des actions qui sapent notre bonheur sont des symptômes provenant de ce système mémoriel qui forme l’inconscient.

 

La thérapie EMDR cible les souvenirs non traités qui contiennent les émotions, les sensations et les croyances négatives. L’activation par l’EMDR du système de traitement de l’information du cerveau permet aux souvenirs anciens d’être « digérés » : cela signifie que ce qui est utile est appris, ce qui est inutile est éliminé et que le souvenir est désormais stocké de telle sort qu'il ne cause plus de dégâts."

 

Shapiro, Francine (2014-03-24T22:58:59). Dépasser le passé. Se libérer des souvenirs traumatisants avec l'EMDR  Editions du Seuil. 

Pour aller plus loin . . . Pourquoi le temps ne referme pas toutes les blessures

"Si nous nous coupons, notre corps cicatrise, sauf cas particulier. Si on supprime ce qui, dans la situation particulière, l’empêchait de cicatriser, le corps reprend le processus de cicatrisation. C’est pour cela que nous acceptons d’être incisé au cours d’une intervention chirurgicale : nous savons que l’incision va cicatriser. Le cerveau fait partie du corps. En plus des millions de réseaux mémoriels que je viens d’évoquer, nous avons tous, dans le cerveau, un mécanisme de guérison : le système de traitement de l’information. Il a la capacité de faire passer n’importe quelle perturbation émotionnelle à un niveau de santé mentale ou à ce que j’appelle un niveau de « résolution adaptée ». Il s’agit d’une résolution comprenant les informations utiles qui vont nous permettre d’être mieux à même de survivre. Le système de traitement de l’information est conçu pour faire des connexions avec ce qui nous est utile, et laisser tout le reste de côté.

Voici comment cela fonctionne : imaginez que vous avez eu un conflit avec un collègue de travail. Vous vous sentez perturbé, en colère, ou encore effrayé, avec toutes les réactions physiques qui accompagnent ces différentes émotions. Vous pouvez aussi avoir des idées négatives sur l’autre personne ou sur vous-même. Et vous imaginez peut-être comment vous pourriez vous venger de lui, mais espérons que vous résistez à ces idées, qui, entre autres choses, pourraient vous faire licencier. Vous rentrez chez vous. Vous y pensez. Vous en parlez. Vous vous couchez, et vous en rêvez. Et le lendemain matin, vous n’êtes peut-être plus aussi mal que la veille. Vous avez en quelque sorte « digéré » ce qui s’est passé, et à présent vous voyez mieux quoi faire. Voilà comment le système de traitement de l’information prend une expérience perturbante et vous permet d’en tirer un apprentissage. Cela se passe essentiellement au cours du sommeil paradoxal. Les scientifiques pensent que c’est au cours de cette phase du sommeil que le cerveau traite les désirs, les informations nécessaires à la survie, et ce qui a été appris au cours de la journée précédente. C’est-à-dire tout ce qui est important. Le cerveau est programmé pour remplir ce rôle. Quand un traitement de l’information a eu lieu sans interruption, le souvenir de l’altercation s’est en général connecté à des informations plus utiles déjà présentes dans votre cerveau. Il peut s’agir d’expériences antérieures que vous avez pu avoir, avec ce collègue ou avec d’autres. Vous pouvez par exemple dire maintenant : « Oh, il est comme ça, voilà tout. Et puis j’ai déjà vécu quelque chose de ce genre avec lui, et ça s’est bien terminé. » Pendant que ces souvenirs se connectent à l’incident désagréable, votre vécu de celui-ci se modifie. Vous apprenez ce qui peut vous être utile dans la dispute, et votre cerveau se débarrasse de ce qui ne l’est pas. Comme les émotions et les pensées négatives ne vous servent à rien, le cerveau les évacue. Mais ce que vous deviez apprendre subsiste, et maintenant le cerveau stocke le souvenir de l’événement sous une forme vers laquelle il pourra vous guider à l’avenir. Maintenant, vous savez mieux ce que vous avez à faire. Vous pouvez échanger avec votre collègue sans ressentir l’intense perturbation émotionnelle de la veille. Le système adaptatif de traitement de l’information du cerveau s’empare ainsi d’un vécu difficile, et nous permet d’en tirer un apprentissage. C’est exactement le rôle pour lequel il est prévu. Malheureusement, qu’il s’agisse de traumatismes majeurs ou d’autres sortes d’événements, des vécus perturbants peuvent submerger ce système. Dans ces cas, l’intense perturbation  physique et émotionnelle causée par la situation empêche le système de traitement de l’information de faire les connexions intérieures qui permettraient de la résoudre. Au lieu de cela, le souvenir de la situation est stocké de façon brute dans le cerveau, comme elle a été vécue : ce que vous avez vu et ressenti, l’image, les émotions, les sensations physiques et les pensées, tout est encodé dans la mémoire sous sa forme d’origine, sans avoir été traité. Et, chaque fois que vous voyez le collègue avec lequel vous vous êtes disputé, au lieu d’être capable d’avoir avec lui une conversation calme, vous êtes à nouveau envahi par la colère ou la peur. Vous pouvez essayer, pour vous préserver, de gérer de votre mieux vos émotions, mais, chaque fois que cette personne apparaîtra, vous allez être fortement affecté. Quand des réactions comme celles-là refusent de disparaître, c’est souvent parce qu’elles se connectent aussi à des souvenirs non traités du passé. Ces connexions inconscientes se font automatiquement. Par exemple, on peut détester instantanément quelqu’un qu’on vient seulement de rencontrer, parce qu’on a des souvenirs de quelqu’un d’autre qui lui ressemble, et qui vous a fait du mal. Imaginez par exemple le cas d’une femme qui a subi un viol. Des années plus tard, elle est au lit avec un homme qu’elle sait plein d’amour pour elle. Mais quand il la touche d’une certaine façon, ses émotions et son corps réagissent automatiquement ; elle est envahie par la terreur et les sensations d’impuissance vécues au cours du viol. Si son système de traitement de l’information n’a pas fonctionné correctement après l’agression, un contact physique similaire à celui du violeur peut se connecter à son réseau mémoriel et déclencher chez elle les émotions et les sensations physiques qui appartiennent à ce souvenir stocké mais non traité."

 

Shapiro, Francine (2014-03-24T22:58:59). Dépasser le passé. Se libérer des souvenirs traumatisants avec l'EMDR (DOMAINE PSY) Editions du Seuil.

Pour aller plus loin . . . Fonctionnement du cerveau

"Nous avons vu que la thérapie, en particulier avec l’EMDR, peut modifier l’impact des souvenirs, les traces qui se sont inscrites dans notre mémoire, et ainsi remodeler notre cerveau. 

Les souvenirs dysfonctionnels qui y sont stockés et qui alimentent nos symptômes actuels peuvent venir soit de traumas, soit de blessures dans nos relations précoces et nos liens d’attachement ; ces dernières sont plus longues et complexes à traiter parce qu’elles ont affecté la construction même de notre personnalité.

La neuroplasticité

Cette capacité du cerveau à se remodeler est présente à tous les niveaux d’organisation : ainsi, les récepteurs peuvent être modulés dans leur nombre et leur configuration ; l’expression des gènes est modulée au niveau du corps cellulaire ; le cerveau est capable de produire de nouveaux neurones dans certaines régions… Tout n’est pas figé, loin de là. Enfin, ce qui est peut-être plus sidérant encore, les prolongements des fibres nerveuses se réorganisent en fonction de l’activité des neurones : quand des neurones sont activés simultanément, leurs connexions se renforcent et ils forment ainsi un réseau. Cela signifie, pour nous, que les expériences que nous vivons changent à la fois le fonctionnement de notre cerveau et sa structure anatomique. C’est ainsi que les régions cérébrales correspondant à des apprentissages particuliers se développent davantage : on l’a observé chez des personnes bilingues, des musiciens, ou chez des aveugles entraînés à lire en braille (chez qui l’étendue du cortex enregistrant les sensations du bout de l’index droit est nettement augmentée) ; on a également constaté, chez des chauffeurs de taxi londoniens qui apprenaient pendant quatre ans le plan détaillé de la ville et des meilleurs itinéraires, une augmentation de la taille de l’hippocampe (dont une région organise des cartes dans l’espace). La plasticité est bien sûr maximale au tout début de notre vie, période durant laquelle notre  cerveau se développe d’une manière phénoménale : le fait que nous naissions très « prématurés » par rapport aux autres primates nous met dans une dépendance prolongée à nos parents ; parallèlement, notre cerveau peut grossir avant que les sutures du crâne ne se soudent. Sa maturation se poursuit donc dans une sorte d’« enveloppe » d’interactions à travers lesquelles nous seront transmis des apprentissages, un langage, une culture, ainsi que des schémas d’attachement qui ont une importance fondamentale. Nous en reparlerons plus loin. Cette plasticité ne se limite pas à notre prime enfance. Elle continue tout au long de notre vie, et c’est une chance : grâce à elle, nous pouvons non seulement dire que notre cerveau constitue notre identité, la conscience de qui nous sommes, mais aussi affirmer que nous avons la capacité, dans certaines limites, à le modifier à travers les choix que nous faisons."

Contamin, Emmanuel (2017-02-14T22:58:59). Guérir de son passé (OJ.SCIENCES) Odile Jacob. Édition 

AURÉLIE GOURGUECHON SOPHROLOGUE À PROXIMITÉ DE VERSAILLES

Aurélie GOURGUECHON

8 RUE NELSON MANDELA
78210 SAINT-CYR-L'ECOLE
(Proche Versailles)

Du Lundi au Vendredi de 8h à 12h et de 13h à 18h30

Le Samedi de 8h à 16h30

DERNIER TÉMOIGNAGE

"Accompagnement en hypnose "

Par Safaa

Que de changements depuis mes séances avec Aurélie je sent un réel mieux être global ,je me sent libéré du poids du passé ,mon esprit est plus clair .je me sent en lâché prise sur pas mal de choses qui avant me bloquais et m’empêchais d’avancer .j’étais dans un schémas répétitif dans lequel je m’enfonçais de plus en plus .depuis des années je n’arrivais pas à gérer mes émotions ,j’étais souvent en colère ,les traumatismes et les épreuves m’avaient transformés en une personne vide,triste et sans joie ,aujourd’hui je suis plus sereine et apaisé avec moi même et mes enfants et c’est un réel soulagement. Aurélie est une thérapeute à l’écoute, bienveillante et compétente. Elle prends soin de nous suivre après les séances pour vérifier l’évolution . elle prends en compte tous les aspects de notre Être et propose un programme personnalisé selon nos besoins pour un travail de fonds et c’est rare de nos jours . Je remercie le destin d’avoir croisé sa route car je reprend enfin goût à la vie .J’ai confiance en l’avenir car avant elle j’ai testé beaucoup de méthodes et thérapeutes mais les résultas était en surfaces et les comportements excessifs revenais après quelques temps . Aujourd’hui je suis libérée de pas mal de choses et je continue à évoluer avec des séances plus espacés et à bénéficier aussi de précieux conseils car Aurelie possède différentes compétences et outils complémentaires.

Réalisation & référencement Site clef en main

Connexion